L’ectoplasme

Posté le: 19 avril 2011, par Alvadero

Les représentations de la substance

La substance se constitue en représentations diverses, généralement des représentations d’organes plus ou moins complètes et parfaites, par exemple un doigt pendant au milieu de franges de substance. (…) Des matérialisations sont progressives et commencent par une ébauche, tandis que les formations plus complètes n’arrivent que plus tard. C’est dans l’intérieur de la pâte gélatineuse, sortie du médium, que des figures, des doigts se forment peu à peu. (…) Les dimensions sont quelquefois plus petites que nature, de véritables miniatures. La matérialisation peut présenter des lacunes. De face, la matérialisation est complète mais le dos reste à l’état d’amas de substance amorphe. (…) On sait que différents observateurs, Crookes et Richet entre autres, ont décrit des matérialisations complètes. Il s’agissait, non pas de fantômes dans le sens propre du mot, mais d’êtres ayant momentanément toutes les particularités vitales d’êtres vivants, dont le cœur battait, le poumon respirait et dont l’apparence corporelle était parfaite. Dans les cas les plus remarquables, l’organe matérialisé a toutes les apparences et les propriétés biologiques d’un organe vivant. Il y eut des doigts admirablement modelés, avec leurs ongles ; il y eut des mains complètes, avec os et articulations, il y eut un crâne vivant dont on pouvait palper les os, sous une épaisse chevelure. Il y eut des visages bien formés, des visages vivants, des visages humains. En même temps que la matérialisation d’un corps humain, il y eut comme les expériences l’établissent, matérialisations d’objets, vêtements, tissus, étoffes. Une main s’est matérialisée avec une bague. (…)

Suite de l’article : formes vaporeuses, liquides ou solides de l’ectoplasme, couleur, visibilité, composition.
Le Journal Spirite n°65