NOUVELLES INFORMATIONS

Posté le: 17 avril 2020, par Jacques

Revue n° 120 reportée

Les circonstances actuelles nous ont obligés à reporter la parution de la revue n°120 qui devait sortir au 1er avril 2020, ayant pour thème principal Écologie et spiritualité.

Cependant cette revue sera prochainement disponible en PDF sur ce site à la rubrique « Publications ».

Ainsi donc le numéro 120 version papier du trimestre avril mai juin, sera livré avec quelque retard en mai ou en juin selon l’évolution des possibilités d’impression et d’acheminement.

Cela nous occasionne un décalage d’un trimestre, ainsi le numéro suivant 121 paraitra le 1er octobre 2020 au lieu de 1er juillet.

 

 

Parution du livre Le monde de demain à la lumière du spiritisme

Face aux grands enjeux de demain pour les sociétés du monde, le spiritisme peut apporter un éclairage particulier dans une vision nouvelle qui fait intervenir la spiritualité. Il existe certes de nombreux combats humanistes qui du point de vue de l’éthique ne diffèrent pas des options spirites, ce en quoi toutes les bonnes volontés se rejoignent quelles que soient les convictions philosophiques des uns et des autres.

Les lois révélées par le monde des Esprits, sont des principes naturels émanant d’une puissance transcendante de création et d’amour infini. Ainsi c’est par l’existence de Dieu que s’expliquent les données de la vie, la continuité de l’esprit au-delà de la mort et l’évolution intellectuelle et morale de l’âme par la loi de réincarnation.

Partant de là, il devient possible d’appréhender les grandes questions de civilisation et de société autrement qu’avec les arguments du matérialisme philosophique. C’est ce qui est étudié dans cet ouvrage à la lumière de messages de l’au-delà et à partir d’une réflexion qui prend en compte les grands principes de la philosophie spirite.

Les co-auteurs de ce livre sont les représentants et responsables de trois antennes du Cercle Spirite Allan Kardec, Colombe Jacquin à Lyon, Jacques Peccatte à Paris et Luc Gruntz à Belfort.

À commander à la rubrique « Publications / Livres » de ce site

 

 

Covid 19 : libérer les décédés du trouble mortel

Nous connaissons tous une ou plusieurs personnes ayant été atteintes de façon plus ou moins grave. Et malheureusement certains d’entre nous ont eu la douleur de perdre un proche, un ami ou collègue de travail.

Notre rôle de spirite est alors d’indiquer à toutes les personnes convaincues de la survie de l’esprit au-delà de la mort, qu’il est nécessaire de prier pour toutes ces âmes fauchées par la maladie, au même titre évidemment qu’il est judicieux de prier pour tout esprit récemment décédé quel que soit le mode du décès.

Dans les circonstances actuelles en tout cas, nous invitons chacune et chacun à établir un travail de pensée soit pour un proche décédé, soit pour d’autres personnes ayant succombé au coronavirus.

En temps normal nous indiquons le principe de la chaîne fluidique consistant à faire un cercle de minimum trois personnes se tenant par la main ; puis sur une durée d’environ 4 minutes de penser au passage de l’esprit vers l’au-delà, en le rassurant par des paroles mentales et en lui indiquant le franchissement d’un tunnel dans lequel il doit avancer et au bout duquel une lumière l’attend dans le rayonnement de ses proches et de son guide qui vont l’accueillir. À l’issue, quelqu’un rompt la chaine promptement.

En temps de confinement, il nous faut procéder autrement, c’est-à-dire avoir recours à une prière toute personnelle que l’on pourra répéter sur quelques jours, dans une pensée pouvant durer de 5 à 10 minutes, une pensée identique à celle que nous ferions lors d’une chaîne fluidique.

Nous pouvons être certains que ces pensées, même réalisées à titre individuel, atteignent l’esprit du décédé, qui ressent cette télépathie aimante, qui reçoit avec intensité cette pensée humaine du seul fait qu’étant désincarné, son ressenti sensoriel n’est plus celui d’un corps physique, mais celui de son esprit et de son périsprit, un ressenti beaucoup plus fort du fait qu’il n’y a plus la paroi d’un corps physique pouvant faire obstacle à la bonne transmission de pensée.

Dans le cadre spirite, de nombreux esprits sont venus témoigner de ce bienfait de la pensée humaine ayant pu libérer d’innombrables esprits de leur trouble mortel.

L’esprit juste après le décès, est souvent dans le trouble de ne plus savoir s’il est mort ou vivant, s’il rêve ou fait un cauchemar. Ce trouble est d’autant plus important que l’esprit aura subi une mort violente, accidentelle ou autre. Mais même les personnes ayant succombé à une mort plus naturelle ou consécutive à une maladie, peuvent ressentir cet état de trouble qui sera plus ou moins durable selon l’évolution et la nature de l’esprit.

En tout état de cause, nous pouvons abréger tous ces troubles d’esprits récemment décédés. Cela devient même un devoir pour qui a la certitude de cet état de fait. C’est un des aspects fondamentaux du spiritisme. Si l’amour du prochain est la règle d’or du chrétien aussi bien que du spirite, le sentiment doit se partager non seulement avec les humains mais également avec nos proches décédés, et même les moins proches qui n’ont pas toujours la chance d’être aidés par des pensées rassurantes au moment du grand passage vers l’autre monde quand une aide humaine est bienvenue.