Biographies

Allan Kardec 1804 – 1869

Fondateur et codificateur du spiritisme, Allan Kardec avait établi un corps de doctrine à partir d’une étude de messages reçus par plusieurs médiums. Le Livre des Esprits fut la première approche philosophique du spiritisme selon «l’enseignement donné par les esprits supérieurs à l’aide de divers médiums». On y trouve tous les principes spirites fondamentaux qui définissent les lois universelles et divines.

« Naître, mourir, renaître encore, et progresser sans cesse telle est la loi »

« Tout effet à une cause, tout effet intelligent a une cause intelligente, la puissance de la cause intelligente est en raison de la grandeur de l’effet »

Biographie plus complète disponible ici.

Arthur Conan Doyle 1859 – 1930

Médecin et écrivain britannique, le créateur du personnage de Sherlock Holmes fut également un ardent défenseur du spiritisme et l’auteur d’ouvrages spirites.

« Ou bien les observateurs sont des menteurs ou des fous, ou bien leurs observations sont véridiques. Quand j’affirme, sans le moindre doute, avoir vu à la fois ma mère et mon neveu en présence de témoins, alors que tous deux étaient morts, il est bien clair que j’appartiens à l’une ou à l’autre de ces catégories. Je laisse à ceux qui me connaissent et à l’ensemble de mon oeuvre de décider »

 

Camille Flammarion 1842 – 1925

Astronome français, fondateur de la « Société Astronomique de France », Camille Flammarion est l’auteur de plusieurs ouvrages spirites dans lesquels il a rapporté un grand nombre de témoignages des manifestations post mortem. Il a souhaité orienter la recherche spirite dans une démonstration résolument scientifique, reprochant parfois à ses contemporains une dérive religieuse du phénomène spirite.

« Je n’hésite pas à dire que celui qui déclare les phénomènes spirites contraires à la science, ne sait pas de quoi il parle. En effet, dans la nature, il n’y a rien de surnaturel, il y a de l’inconnu ; mais l’inconnu d’hier devient la vérité de demain »

 

Cesare Lombroso 1835 – 1909

Criminologiste et psychiatre italien, Lombroso, après avoir nié en un temps la possibilité de communiquer avec l’au-delà, est devenu une fervent défenseur de la cause spirite.

« On traite le spiritisme de supercherie, ce qui dispense de réfléchir (…) je suis confus d’avoir combattu la possibilité des phénomènes spirites »

 

Gabriel Delanne 1857 – 1926

Ingénieur français en électricité, Gabriel Delanne a poursuivi l’œuvre du fondateur du spiritisme qu’il a connu étant enfant. Son père Alexandre, était spirite et ami d’Allan Kardec.

A l’époque où la métapsychique se donnait pour but d’étudier scientifiquement les phénomènes spirites, Gabriel Delanne participait à cette recherche, assistant à des séances d’ectoplasmie, tout en restant fidèle au spiritisme philosophique qu’il développait notamment dans son ouvrage « L’âme est immortelle. »

Il est l’auteur de plusieurs livres dont « Le spiritisme devant la science »

« Est-il bien raisonnable de nier sans avoir étudié ou est-il sage de s’en rapporter à ceux qui ont réellement expérimenté avec la prudence nécessaire ? »

Gustave Geley 1868 – 1924

Médecin français, Gustave Geley fut le cofondateur de « l’Institut Métapsychique International » de Paris, créé en 1919, dans le but de mener une étude scientifique des phénomènes spirites. Il fut l’un des principaux expérimentateurs des phénomènes d’ectoplasmie auprès de plusieurs médiums dont Frank Kluski et Jean Gusik. Il est connu pour avoir mis au point la technique des moulages ectoplasmiques laissant à la postérité les traces de preuves indubitables.

« La connaissance des conditions évolutives (influence du milieu, lutte pour la vie, sélection naturelle) ne peut pas exclure l’idée de cause première, ni de cause finale »

 

Léon Denis 1846 – 1927

Autodidacte français, conférencier et auteur d’ouvrages spirites, Léon Denis fut un ardent propagateur du spiritisme. Considéré comme l’un des successeurs d’Allan Kardec, il a laissé une abondante littérature spirite, abordant des questions sociales et se démarquant clairement de l’Eglise comme dans son ouvrage « Christianisme et spiritisme. »

« Pour tous ceux qui étudient les phénomènes spirites avec impartialité et savent en dégager les lois, ces phénomènes sont causés par des entités indépendantes, par les esprits des défunts »

 

Oliver Lodge 1851-1940

Professeur, physicien britannique, recteur de l’université de Birmingham, Oliver Lodge fut l’auteur d’ouvrages spirites. Il fut membre du « Ghost club » et présida la « Society for psychical research.» Il eut recours à des médiums suite au décès de son fils Raymond en 1915 lors de la première guerre mondiale.

« Je m’affirme spirite parce que, après plus de vingt années d’études, j’ai eu à accepter les phénomènes comme une réalité »

 

Pierre Gaétan Leymarie 1817 – 1901

Né à Tulle en Corrèze, P-G Leymarie arrive très tôt à Paris pour se faire une situation. Suite au coup d’état de 1857, il est exilé et ne rentre en France qu’après l’amnistie. La lecture est sa passion quel qu’en soit le sujet, politique, social, religieux ou littéraire. Il devient l’un des plus ardents disciples d’Allan Kardec. Après la mort du fondateur du spiritisme, il est nommé administrateur de la société spirite et devient rédacteur en chef et directeur de « La Revue spirite ». En 1878 il organise la « Société scientifique d’études psychologiques ». Il diffuse les traductions des œuvres d’Allan Kardec à travers le monde.

Il décède le 10 avril 1901 et selon ses volontés, son corps est incinéré et inhumé aux côtés de son épouse Marina Augustine Leymarie au cimetière du Père Lachaise. La sépulture est surmontée d’un petit dolmen au fronton duquel est inscrit : « Mourir c’est quitter l’ombre pour entrer dans la lumière.»

 

Thomas Edison 1847 – 1931

Célèbre inventeur américain, Edison était convaincu de la manifestation possible des esprits ; il tenta même de fabriquer une machine pour communiquer avec l’au-delà.

« J’ai maintenant atteint le point où je me sens forcé, par un constat positif et à la suite de mes recherches, de soutenir fermement le point de vue que la vie existe après la mort. Je suis même incliné à soutenir le spiritisme et son principe que les communications sont possibles entre le monde d’ici-bas et celui où sont les morts. »

Victor Hugo 1802 – 1885

Les expériences de Jersey sont une préfiguration d’un spiritisme naissant qui verra le jour avec Allan Kardec. Lors de son exil Victor Hugo est initié aux tables tournantes par Delphine de Girardin. Son fils Charles devient le médium d’entités mystérieuse qui signent Dante, Molière, Shakespeare ou le lion d’Androclès, le drame, le vent…

« Eviter le phénomène spirite, lui faire banqueroute de l’attention à laquelle il a droit, c’est faire banqueroute à la vérité »

 

Victorien Sardou 1831 – 1908

Auteur dramatique, Victorien Sardou fut aussi un fervent adepte du spiritisme et un médium par le dessin. Lors du congrès spirite et spiritualiste de Paris en 1900, il tenait le rôle de président d’honneur.

« Quand on n’a pas la bonne fortune, étant médium comme je l’ai été jadis, de se convaincre par ses propres expériences ou d’observer, dans les conditions requises, les phénomènes produits par des médiums très puissants, le mieux que l’on puisse faire est de se garder des expériences de salon qui sont purs enfantillages, ou de celles que l’on tente vainement soi-même et qui ne sont bonnes qu’à décourager celui qui cherche la vérité. Il faut dès lors s’en tenir au témoignage des savants du monde entier, dont je n’ai pas à rappeler les noms, qui, après avoir étudié les faits, pour en démontrer la fausseté, ont eu la bonne foi de faire amende honorable et d’affirmer leurs convictions. Si le spiritisme n’était que duperie, il y a beau jour qu’il n’en serait plus question, tandis qu’il compte aujourd’hui ses adhérents par millions. »

 

William Crookes 1832-1919

Physicien et chimiste britannique, membre de la Royal Society, William Crookes fut un expérimentateur des phénomènes d’ectoplasmie et de matérialisations. Grâce à la jeune médium Florence Cook, il obtint à de nombreuses reprises la matérialisation complète du fantôme de l’esprit de Katie King.

« M’étant assuré de la réalité des phénomènes spirites, ce serait une lâcheté morale de leur refuser mon témoignage : je ne dis pas que cela est possible, je dis que cela est ! »